Avocat-Député au Grand Conseil

23/05/2015

Protéger les locataires, c'est bien, les loger, c'est mieux!

Autoriser la conversion de bureaux en logements est impératif. Et il faut voter OUI à la loi 11394 le 14 juin prochain,

Cette conversion est aujourd'hui encore impossible à réaliser, contrairement à ce que prétend la gauche.

Des centaines de logements, immédiatement disponibles,  aux loyers abordables et contrôlés, parfois mêmes inférieurs aux plafonds LDTR, pourront être convertis à partir des 240'000 m2 de bureaux vides ou vacants:

a) Les bâtiments existent, les logements seront offerts à la population, dès le 15 juin 2015, immédiatement après le vote populaire du 14 juin, ou dans les deux à trois mois qui suivent.

b) Aucun déclassement de zone de fond agricole ou villa ne sera nécessaire aux fins de la création de ces logements aux loyers contrôlés et/ ou contrôlables.

c) Aucun arbre ne devra être déraciné, car aucun m3 de béton supplémentaire ne devra être édifié. Le construit existe déjà!

d) La loi va dans le sens des remarques du Conseil fédéral en rapport avec le Plan directeur cantonal 2030 qui nous commandent d'être parcimonieux en termes d'utilisation de notre sol. Or, comment l'être d'avantage qu'en utilisant l'existant?

e) Des données seront publiées régulièrement afin d'informer les genevois sur le nombre de logements crées, leur typologie (nombre de pièces) et les loyers pratiqués.

f) Et surtout, pourquoi laisser ces immenses surfaces d'activité vides? A qui cela pourrait-il bien profiter? À personne, bien évidemment!

Cette loi, qui aura pour effet de faire baisser les loyers, est le bon sens même, confirmé par 86% de la population suite à un sondage en ligne de la Tribune de Genève.

L'entêtement dogmatique de la gauche est tout simplement incompréhensible, surtout pour ceux et celles désespérément à la recherche d'un logement.

Nous avons là encore une fois la preuve que la gauche, le Rassemblement pour une Politique Sociale du Logement (RPSL) et l'Asloca défendent leur appareil de domination et non pas l'intérêt des locataires.

Pour la gauche, le RPSL et l'Asloca, la crise du logement est indispensable aux fins du maintien de leur pouvoir politique. Et tant pis pour les locataires!

Ce fonds de commerce funeste doit être brisé, dans l'intérêt des locataires.

Nous le répétons avec force, protéger les locataires, c'est bien, les loger, c'est mieux!

Le 14 JUIN, VOTEZ  OUI

08:32 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Mais vous n'y pensez pas sérieusement, quand même ?
Que va devenir l'ASLOCA ?
Qu'en sera-t-il des socialistes, qui grâce au manque de logements, ont un réservoir d'électeurs à leur botte ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 24/04/2015

Les commentaires sont fermés.