Avocat-Député au Grand Conseil

23/05/2016

Un an déjà et Mme C.-A. Kast me fait à nouveau l'honneur de sa page FB...

Je ne résiste pas à l'envie de vous la servir une dernière fois!

Breaking News: La 'Pucelle d'Onex' n'est plus vierge...


Hier, à Onex, dans les chaumières, ça chialait dur.

Objet de la pleurniche: Celle que l'on surnomme affectueusement 'Dame Kast' (en langue nordique cela se traduit par 'Dame Armoire'), confessa à ses fidèles avoir perdu sa virginité (politique, je vous rassure).

Sa page FB fait état d'un véritable 'coup de grisou' qui l'aurait obligé à sortir son mouchoir afin d'essuyer les nombreuses larmes de désillusion que ses mains délicates ne parvinrent plus seules à affronter.

Il est vrai que la 'First Lady' nous glaça le sang en nous annonçant, entre deux sanglots, qu'en politique 'tout n'était pas rose' (avec jeu de mots), et que depuis l'arrivée au Grand Conseil de certains députés, l'air était devenu carrément irrespirable.

Mais qu'est-ce donc qui a déstabilisé notre Walkyrie onésienne à ce point?

Réponse: La campagne sur la conversion possible de bureaux en logements (aujourd'hui la possibilité pour un locataire d'acquérir son logement) lui donne des boutons.

Selon Madame le Maire, il est inadmissible, et contraire à l'éthique de gauche, que des locataires puissent se constituer en association et/ ou prendre position en faveur d'une loi qui détendra le marché du logement en proposant, sans attendre, des centaines de logements aux loyers abordables (le 73% des logements convertis seront proposés en-dessous des seuils HM en zone de développement!).

Peu importe si certains sont désespérément à la recherche d'un logement depuis des années et que cette loi pourrait leur venir en aide.

Peu importe s'il faut renoncer à la création d'une manne supplémentaire équivalant au 21% de la production annuelle de logements à Genève.

Ce qui compte, c'est de sauver la LDTR qui assure le maintien de la crise du logement et qui permet à la gauche de continuer à exercer son pouvoir politique et de profiter des privilèges qui lui sont attachés.

Selon Dame Kast et l'Asloca, les votes des locataires leur appartiennent, en droit. Tout locataire, selon ces doctrinaires, est donc de gauche par définition, ou convaincu, de par sa condition, de voter les diktats de l'Appareil d'État Rouge/Rose/Vert.

Or la loi, qui sera plébiscitée par le peuple de Genève le 14 juin prochain, porte clairement le message suivant: Protéger les locataires, c'est bien, mais les loger, c'est mieux!

Alors même si c'est un peu dur à avaler pour la gauche plurielle, force est de constater qu'une proportion très importante des locataires genevois considère que la loi qui autorisera ces conversions de bureaux en logements a tout son bon sens pour lui.

Et ils refuseront de suivre les mots d'ordre de la gauche dont ils ne reconnaissent plus la conformité en rapport avec leurs intérêts propres.

Cela étant, faute de trouver des défauts au texte légal, Dame Kast s'en prend sur FB aux personnes et aux locataires qui s'opposent à ses Saintes Directives:

1. Les associations de locataires en faveur de la loi seraient 'fantoches', à la solde du 'pouvoir de l'argent', ou crées par les milieux immobiliers. Des noix sont arrangés comme sur un bâton afin de les relier à un 'méchant manipulateur'. Bref, du fantasme à l'état pur..

2. PRO'LOC, une association indépendante et rivale de l'Asloca, constituée pour la défense des intérêts des locataires, qui considère qu'une manne de logements bon marché supplémentaire serait la bienvenue, est également discréditée. Là encore, n'étant pas de gauche, l'association est malmenée et traitée de 'traître' aux intérêts locataires. Ses avocats apprécieront!

3. Une Étude d'avocats, qui a osé assister les associations dans leurs démarches est traînée dans la boue et les locataires du MCG qui ont  signé une liste de soutien ont subi le même sort.

Il appert ainsi que la qualité première de la gauche n'est pas le respect de l'opinion démocratiquement exprimée, surtout lorsqu'elle ne lui sied pas.

On applique les conseils de Voltaire (repris par Staline) à la lettre: 'Médisez, médisez, il en restera toujours quelque chose!'.

Alors, oui, Mme Carole-Anne Kast, il est vrai que la donne a quelque peu changé. Et notre 'virginité' à tous en a pris un coup.

Il est en effet possible que le débat gauche-droite soit devenu plus frontal et que certains non-dits sont aujourd'hui clairement exprimés.

La démocratie en sort gagnante et si le côté 'faux-cul' du funeste 'politiquement correct' y a laissé quelques plumes, c'est tant mieux!

Finalement, afin de ne pas terminer mon 'droit de réponse' sur une fausse note, j'aimerais, pour ce qui me concerne, faire part à la gauche de mon indignation:

Il n'y a que trop de témoignages concordants qui font état de 'visites opportunes' auprès de personnes âgées que des gens de gauche tentent de convaincre de voter dans le 'bon sens'.

C'est véritablement scandaleux et ces 'pratiques' se doivent d'être dénoncées sur les réseaux sociaux et auprès des autorités compétentes si d'aventure cela devait encore se confirmer.

En guise de conclusion, je rappelle que le texte cantonal qui sera soumis au vote populaire le 14 juin prochain, a été voté par une très large majorité du Grand Conseil et qu'il est également soutenu par les Vert Lib', l'association Pic Vert, de nombreuses associations de locataires et professionnelles, dont notamment la FER et l'association de défense des locataires PRO LOC'.

Au Grand Conseil, il a été voté par le PDC (rapport de majorité), le PLR, l'UDC et le MCG.

Gens de gauche, je vous invite à la raison, votez également OUI le 14 juin 2015 (5 juin 2016). Les locataires de notre canton vous en seront reconnaissants!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15:58 Publié dans Air du temps, Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.