Avocat-Député au Grand Conseil

09/08/2015

L'urgence de rénover la salle du Grand Conseil, ou indécence oblige..

Déjà, il conviendrait de renoncer à ces travaux pour des raisons purement humanitaires: Deux honorables membres de la gauche radicale en sont venus aux mains pour un siège encore de type 'modèle de base' en vinyle. On ne sait pas ce qui se serait passé si le même siège avait été 'rénové' pour la coquette somme de CHF 200'000.-, revêtu de velours côtelé et doté d'une technologie de pointe.. 

Car c'est bien la somme de CHF 20'000'000.-, sous réserve de dépassement de budget, que le canton s'apprête à dépenser, sans l'aide de la Ville, afin de mieux asseoir ses députés, deux fois par mois.

Cette somme représente les deux tiers de la somme allouée au fonds de logements d'utilité publique (LUP).

Elle représente également l'équivalent de la construction d'un immeuble de 30'000 m3, soit d'environ 100 logements.

Est-ce bien raisonnable?

Mais il est vrai que pour certains élus, être confortablement assis passe avant les petits soucis de logement rencontrés par de trop nombreux genevois.

Quoi? La conjoncture économique s'annonce morose, les genevois craignent pour leur emploi, nos meilleurs contribuables quittent Genève, en masse, à cause d'une fiscalité confiscatoire mise en place par la gauche, nos employeurs menacés par cette même gauche, le franc fort et autres taux négatifs, envisagent une délocalisation de leurs activités, nos recettes fiscales sont en chute libre et quelques élus se préoccupent de leur petit confort bi-mensuel à coup de dizaines de millions?

Mieux, moyennant quelques milions de plus, il serait devenu urgent d'adapter notre salle du Grand Conseil pour la rendre accessible aux handicapés, sous prétexte que cette adaptation ferait partie de nos invites constitutionnelles.

N'avons-nous pas d'autres invites du même ordre à satisfaire avant celle-là, comme le logement ou la rénovation de bâtiments scolaires?

Comment pourrons-nous convaincre les genevois de la priorité de cette dépense en pareil moment?

Aurions-nous perdu tout sens de la décence?

Par ailleurs, on essaie de nous rassurer en arguant qu'il vaut mieux procéder à des dépenses d'investissement et réduire d'autant les dépenses de fonctionnement.

Fort bien, mais concrètement, de quelles dépenses de fonctionnement a-t-on envisagé de réduire l'étendue?

Il est aujourd'hui grand temps de revoir à la baisse de manière drastique le train de vie outrancier de l'Etat afin de  l'adapter à une fiscalité acceptable et de pouvoir enfin sérieusement s'attaquer au problème de la dette. 

Les taux d'intérêt ne resteront pas éternellement au niveau actuel.

Pour une fois, ayons le bon sens de donner l'exemple et prenons la décision de continuer à siéger sur du vinyle.

La population genevoise appréciera.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:24 Publié dans Genève | Tags : over | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

@Ronald Zacharias: Comme vous avez raison !

Sous le titre plus ou moins narquois de "L'hémicycle adoucit les moeurs...", j'avais déjà critiqué cette dépense somptuaire annoncée dont le PDC Guy Mettan s'était fait le champion en vantant l'hémicycle comme un instrument pacificateur des passions oratoires:-) !

Il ne s'agissait que d'un projet à l'époque.

Si le Grand Conseil devait passer à l'acte ...gageons que cette facétie se heurtera rapidement à un référendum...

Mon texte critique du 22 septembre 2011 se trouve ici:

http://goo.gl/JSwjPa

Écrit par : jaw | 11/08/2015

Les commentaires sont fermés.