Avocat-Député au Grand Conseil

30/11/2016

Etude d'une motion MCG: Des logements sociaux à la place de l'Usine!

Le Mouvement Citoyens Genevois est convaincu du manque de logements bon marché à Genève et de l'urgence qu'il y a de remédier à cette situation.

Prenant acte de cet environnement difficile, le MCG est décidé de prendre le taureau par les cornes et de trouver rapidement des solutions en la matière dans le respect des principes de l'intégration inclusive et de mixité sociale. 

L'Usine, (déjà construite) de part sa situation privilégiée au bord de l'eau, se prête particulièrement bien à une opération de conversion en logements sociaux, rapidement disponibles, tout en réservant un espace culturel associatif subventionné au rez-de-chaussée du bâtiment.

Afin de combattre toute 'crispation identitaire' et au nom du 'vouloir vivre ensemble', le MCG souhaite également réserver une proportion de logements, à définir, afin d'y loger provisoirement un certain nombre de familles de migrants.

Il ne fait aucun doute que le Grand Conseil réservera un excellent accueil à cette motion.

 

 

 

17:28 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Monsieur Zacharias,

Genève dispose de 181 107 mêtre carré de bureau vide (selon le recensement de cette année).
Cette surface à presque triplé en trois ans.

Peut être pourrions nous utiliser cette surface inexploitée avant que de démanteler un lieux de culture et de vie actif dans le paysage culturel genevois depuis 30 ans.

Il est amusant de voir à quel point votre parti semble soudain s’inquiéter du logement des migrants dès lors que sa "solution" permettrait de raser l'une de ses bêtes noire.

Belle provocation en tout cas.

Écrit par : Julien | 01/12/2016

Win-win. L'Usine contre le Golf de Cologny. Zacharias content et la musique à la campagne.

Écrit par : Otto Matthik | 02/12/2016

Il faut arrêter de construire à Genève. Ou alors dans la perspective d'une vie possible. Construire un logement, ce n'est pas seulement permettre aux métiers du bâtiment de vivre. C'est aussi faire un (des) choix très forts pour l'avenir. Plus on construit, plus on attire d'habitants. Et donc de travailleurs, de contribuables: CHIC ! Mais aussi d'utilisateurs d'hôpitaux, d'écoles, d' EMS, d'infrastructures culturelles, sociales, sportives, de services de l'état : MERDE.
Y'en a un peu marre de nourrir les bâtisseurs et de se foutre de la gueule de tous les autres. Le genre "take the money and run", à la mode Onc'Picsou ( ou plutôt Donald ) ça commence à bien faire. (Vous excuserez le coup de gueule !)

Écrit par : Jo Staupe | 06/12/2016

Les commentaires sont fermés.