Avocat-Député au Grand Conseil

07/11/2017

La gauche, supra-capitalistes des temps modernes...

Le problème de l'homme de gauche d'aujourd'hui est que lorsqu'il se lève le matin, et se regarde dans la glace, il est convaincu de voir le reflet d'un homme de gauche.

On a donc manifestement affaire à un trouble de type 'psychotique', car on ne saurait être plus éloigné du réel.

Prenons le cas de la gauche genevoise, que nous subissons tous, afin d'illustrer le propos.

Au sommet du podium, mes favoris, et pourquoi le nier, ceux pour qui j'ai le plus d'estime et respect: la prestigieuse formation d'Ensemble à Gauche.

Composée, pour la plupart, d'universitaires de qualité, leur ligne idéologique semblait clairement tracée: l'origine de l'inégalité entre les hommes se doit d'être déconstruite afin de faire place à une société 'idéale', égalitaire, voire égalitariste, exempte de tout privilège.

Ainsi, la propriété privée, en particulier des moyens de production, et ses prolongements logiques, savoir la liberté du commerce et de l'industrie, ainsi que l'exécrable 'vocation successorale', se doivent d'être définitivement abolies.

L'Homme d'Ensemble à Gauche refuse que les inégalités naturelles (beauté, force, intelligence) puissent donner naissance à des inégalités de condition (richesse, prestige, rang social).

Et l'on ne peut être que séduit par pareille pureté doctrinale.

Raison pour laquelle j'ai été d'autant plus désillusionné à la lecture de leur programme politique en vue de la législature 2018-2023.

Quoi, des baisses immédiates de 8% sur l'ensemble des loyers?

Cela ne revient-il pas à légitimer le 92% de ces mêmes loyers en reconnaissant la propriété du logement?

Pire, l'exploitation de l'homme par l'homme et l'insoutenable droit de congédier, dans le cadre de la liberté d'entreprendre, ne semble déranger que dans la mesure où l'entreprise réalise des bénéfices. Dans les autres cas le travailleur peut être congédié, selon leur programme, en respectant les règles du droit bourgeois.

Décidément, il ne nous reste plus qu'à souhaiter à Ensemble à Gauche la bienvenue au sein de notre 'social-démocratie'.

Cela nous amène tout naturellement à examiner le cas des 'sociaux-démocrates', dits socialistes.

Pour eux, changement de paradigme et changement de programme.

Nos socialistes, ou social-traîtres, comme aiment à les qualifier les marxistes, admettent bien volontiers les inégalités de condition engendrées par des inégalités naturelles.

Plus opportunistes qu'Ensemble à Gauche, ils se sont donnés pour mission de lisser ces inégalités au moyen d'une politique fiscale de 'redistribution' tout en respectant les institutions et instruments de l'économie libérale de marché et de son appareil de production.

C'est ainsi que leur politique sociale de solidarité vise à distribuer toutes sortes d'aides (prestations positives de l'État) aux personnes, ou catégories de la population, dont les revenus sont les plus faibles.

Et là, reconnaissons-le, ils ont fait très fort.

Afin de fidéliser leur électorat et séduire de nouveaux adeptes, ils n'ont pas lésiné:

  • Le 40% de la population genevoise ne paie aucun impôt ou un impôt inférieur à CHF 1'000.-/ an;
  • Les aides étatiques de toutes sortes peuvent culminer à CHF 88'000.-/ an et par ménage, le tout franc d'impôt (quelle incitation peut-il y avoir à vouloir retourner dans le monde du travail ou de voter autrement qu'à gauche?)
  • Un projet de loi du Conseil d'État et des initiatives sont en cours afin de doubler, voire tripler le parc de logements subventionnés (LUP, HBM, HLM).
  • La gauche souhaite supprimer le bouclier fiscal qui protège le 0,7% de la population (représentant plus de 70% des recettes fiscales au titre de l'impôt sur la fortune) qui a le privilège de s'acquitter d'un impôt et charges pour un montant minimal de 82% du revenu imposable. Une fois le bouclier supprimé, ce sont des impositions de plus de 100% du revenu imposable qui guettent ces contribuables. Et cette même gauche prétend que ces 'privilégiés' ne rêvent que d'une chose: rester ou venir à Genève! 
  • Des projets déposés par Ensemble à Gauche souhaitent alourdir l'imposition sur la fortune des personnes morales (capital) et physiques alors que Genève pratique un impôt de 5 à 7 fois supérieur aux autres cantons. Même la France a revu son ISF de fond en comble et notre 'concurrent' immédiat, le canton de Vaud, passera à un impôt sur le revenu des entreprises d'environ 14% (Genève: 24%), dès le 1er janvier 2019. Par ailleurs, le parlement vaudois souhaite reconsidérer son taux d'imposition sur la fortune qu'il considère comme trop élevé, alors qu'il est environ la moitié du taux genevois! (Il m'a été communiqué que plus de 300 PME et contribuables ont déjà 'émigré' dans le canton de Vaud (où l'immobilier commercial connaît un essor sans précédant) afin de bénéficier de la sagesse fiscale vaudoise).

Comme j'ai eu l'occasion de le dire, avec pareille équation, l'avantage est qu'il n'y a plus d'inconnues, car sa solution c'est le déclin ou la chute.

En réalité, la gauche fonctionne comme l'Église Catholique Romaine a fonctionné pendant des siècles: pourvoyeuse de sens (le socialisme est en réalité une religion, ou croyance, de salut terrestre) et délestant de ses biens tout infidèle, soit aujourd'hui essentiellement les 'salauds de riches'.

Une partie prépondérante du budget de l'État est ainsi détournée aux fins du financement de leur politique de l'arrosoir et de 'mandarinisation' de la fonction publique ce qui les met définitivement à l'abri de toute velléité ou risque de réforme.

Et, cerise sur le gâteau, la gauche ne paie sur cette manne destinée à 'l'achat' de ses fidèles absolument aucun impôt.

Le fruit de l'activité économique est largement confisquée par une gauche supra-capitaliste à des fins purement électoralistes et de recherche de renforcement de leur pouvoir politique.

Homme de gauche, ton miroir ne ment pas, seulement tu ne veux pas voir.

Consciemment, ou encore plus tristement, inconsciemment, il n'y a nul générosité pour expliquer tes actions mais que de l'intérêt.

En cela tu ne diffères en aucun point de l'Homme de droite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16:39 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

En effet la gauche dans le miroir est à droite! Comme quoi il n'en faut pas beaucoup pour les tranquilliser! Les "esclaves" que l'on voit dans nos rues tous les jours en sont un parfait exemple, les gauchos passent devant sans les voir!

Écrit par : dominique degoumois | 07/11/2017

Millionnaire, multi propriétaire, et voilà à quoi vous perdez votre temps.
Vous ne méritez pas votre bonne étoile (sic)

Écrit par : ambroise | 08/11/2017

Les commentaires sont fermés.