19/12/2017

4'000 logements bloqués par la gauche depuis le début de la législature 2013-2018!

Ce lundi 18 décembre 2017, s'est tenue à la Maison des associations, au 15 rue des Savoises, à 11 heures, la grande messe de la gauche dédiée à la désinformation du citoyen genevois.

En perte de vitesse, avec un programme politique qui a du plomb dans l'aile et des candidats dont la langue de bois 'bien pensante' peine à séduire, le moment était venu pour elle de sortir les bons vieux T-54 de l'arsenal rhétorique afin de 'booster' le vague à l'âme de ses 'aficionados'.

Pour cela, les aides à la conviction ne manquent pas:

Il y a bien sûr le mensonge, le travestissement, mais également l'emphase et la plus subtile désinformation.

Ainsi, la gauche 'caviar' s'est faite 'trottoir' afin de nous vendre l'idée que c'était la droite et non pas la gauche qui bloquait la construction de 4'000 logements à Genève!

Il serait quelque peu fastidieux de faire le tour de leurs fallacieuses arguties, mais notons quand même les quelques éléments suivants:

1. Le périmètre des Corbillettes, dont le Grand Conseil exige un déclassement en zone ordinaire afin d'édifier des logements de manière accélérée (7 ans en zone ordinaire contre 25 ans en zone de développement!), avec les mêmes loyers et prix que ceux pratiqués en zone de développement, est en 'arrêt maladie', le DALE refusant d'entreprendre toute démarche qui permettrait d'aboutir rapidement. Or, à la tête du DALE nous trouvons le Conseiller d'État de gauche Antonio Hodgers.  QUI BLOQUE?

2. Les millions de m2, déjà déclassés en zone de développement, sur lesquels strictement RIEN n'a été entrepris et les dizaines de projets en cours qui prévoient des modifications de zone UNIQUEMENT vers de la zone de développement ont et continuent d'exposer des milliers de petits propriétaires, parfois retraités, qui sont chassés de leurs terres et obligés de vendre leur bien à vil prix. La droite a exigé des mesures d'accompagnement afin d'assurer que ces petits propriétaires soient dignement pris en charge. Le DALE a traité cette exigence avec un certain mépris en arguant que l'intérêt général (traduction: électoral) prépondérant suffisait comme explication. QUI EST RAISONNABLE?

3. Le projet de loi déposé par le Conseil d'État (de droite?), modifiant les proportions de logements à construire en zone de développement (HBM, LUP, HM, ZD loc et PPE) n'a reçu l'enthousiasme de personne, bien au contraire. Par ailleurs, les initiatives 161 et 162, déposées par l'Asloca et la gauche radicale, visent purement et simplement à nationaliser le sol et n'autorisent pratiquement que la construction de logements subventionnés. N'est-il pas normal de se préoccuper de ce qui pourra être construit au sein de ces zones en regard des éventuels changements législatifs voulus par la gauche? Devons-nous avoir la zone de développement comme horizon unique (de densification) avec des finances publiques qui ne manqueraient pas de subir les effets dévastateurs des subventions contraintes? QUI EST RESPONSABLE?

Qu'on se le dise: Pour la gauche, le logement 'social' est avant tout 'électoral'.

A Genève, nous devons construire pour tous et non pas uniquement en faveur des plus démunis pour bâtir ou renforcer un électorat de gauche.

Nous n'en avons tout simplement pas les moyens.

 

 

 

 

23:16 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis pratiquement toujours d'accord avec vous, mais changez cette photo, on dirait Patrick Sebastien et je déteste Patrick Sébastien !!

LOL

Écrit par : Corto | 19/12/2017

Analyse pertinente de la situation actuelle en matière de construction de logements. La transformation de notre canton et sa densification à marche forcée ne peut ni ne doit se faire sous l'égide d'un Etat qui spolie une couche de la population pour en favoriser une autre qui majoritairement vient de l'extérieur du canton. Indépendamment de ces considérations, il est également urgent de penser à notre modèle de développement et à l'avenir que nous souhaitons laisser aux générations futures. Faut-il nécessairement détruire notre patrimoine à la vitesse actuelle ? Pour qui ? Pourquoi ?

Écrit par : Chargol | 19/12/2017

Les commentaires sont fermés.