Avocat-Député au Grand Conseil

04/12/2017

Du #balancetonporc au #viretatruie: une brève histoire de la séduction..

En gros, jusqu'au Bréviaire d'Alaric ou du Code Théodosien, le rapt formait, selon le droit coutumier germanique, un élément constitutif du mariage.

Ainsi, nos amis les Wisigoths ne s'embarrassèrent guère de préliminaires séductifs jugés inutiles, quelque peu fastidieux et bien trop aléatoires quant au résultat escompté.

Le bon vieux temps en quelque sorte...

Puis nos moeurs se sont quelque peu efféminées et du mariage systématiquement contraint, jusqu'à l'aube de la révolution industrielle, l'avènement, par degrés, de l'indépendance économique de la femme, enfin libérée de l'emprise de son village, de son curé et de sa famille, put librement choisir son mari et/ou son partenaire sexuel.

Du mariage pour raison de lignage et/ ou d'économie foncière, on est progressivement passé au mariage dit d'amour.

Notons, au passage, que les bases du mariage contraint, ou de raison, étaient infiniment plus solides que celles fondées sur l'amour, par essence plus capricieuses.

Comme le relève le philosophe Luc Ferry, en inventant le mariage d'amour on a également inventé le divorce.

Va pour le diachronique.

Pour le synchronique, force est de constater que l'acte sexuel librement consenti n'est probablement pas encore la règle.

C'est bien plutôt le mariage forcé, l'asservissement et le déni de tout pouvoir de se déterminer librement qui constitue encore le cadre de vie pour l'immense majorité des femmes du XXIème siècle.

En ce sens là, sub specie aeternitatis, nous sommes quasiment tous tous les enfants d'un 'viol'.

Où l'on voit qu'il existe bien une infinie détresse aux yeux de laquelle nos efforts de surface, aussi ridicules que risibles comme notamment 'l'écriture inclusive', doivent sembler bien dérisoires.

Quant aux dérapages (ou pire), bien évidemment regrettables de certains-(es), l'arsenal répressif du CPS suffit largement à les appréhender.

Et le courage de la parole va manifestement dans la bonne direction.

Inutile, dès lors, d'ouvrir une 'chasse aux sorcières' façon Joseph McCarthy pour un phénomène qui reste, fort heureusement, plus que marginal.

Reconnaissons-le, le séducteur de base agit bien plus au travers d'une 'avance discrète' qu'au travers d'une 'main baladeuse' ou d'une intimidation.

Sachons raison garder et évitons, alors que nous subissons déjà la dictature du politiquement correct, anéantissant par paliers, notre liberté d'expression, que la bien-pensance qui lui est liée, ne devienne plus que 'rien-pensance'.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:08 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |