• Genève, suite et chute..

    Imprimer

    Un avocat fiscaliste me confirme qu'aujourd'hui une bonne partie de ses affaires sont liées à une délocalisation de sa clientèle.

    Il y a encore quelques années elles étaient majoritairement liées à une installation sur le sol fiscal genevois.

    La droite trop conciliante et un Conseil d'État qui nie l'origine du mal, par peur de déplaire à la fonction publique ou de ne pouvoir assurer les prestations à la population, continue d'éroder la base de la substance fiscale par une imposition de plus en plus démesurée.

    Jamais la droite classique ou le Conseil d'État ne s'est montré réellement déterminé ou prêt à en découdre pour défendre le reste de la population.

    Cette incapacité à faire face, les classes moyennes la paieront comptant car elles sont aussi captives que le sont les biens immeubles.

     

    Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 4 commentaires