Urgence climatique? Vraiment?

Imprimer


La déforestation: problème urgent.
Disparition faune et flore: problème urgent.
Pollution chimique: problème urgent.
Océans plastiques: problème urgent.
Épuisement des ressources naturelles non-renouvelables: problème urgent (horizon 2025-2030).
Surpopulation: Problème urgent.
Et on voudrait nous faire croire qu'il y a urgence climatique, à traiter avant toutes les autres, car il risque d'y avoir un réchauffement de 1,5°C, horizon 2050, dont il n'est même pas clairement établi qu'il soit dû à l'activité humaine?
Il s'agit en réalité d'une urgence électorale pour les Verts (les plus dangereux de tous) et d'un effet d'aubaine pour l'industrie du climat à centaines de milliards de dollars, raison pour laquelle il n'est fait allusion qu'au réchauffement.
La droite molle (PLR et PDC) , pour des motifs purement électoralistes et fiscales, prônent une taxe carbone parfaitement inutile qui régnera sur les quelques 41'285 km2 du territoire suisse mais n'aura aucune incidence ailleurs, et notamment  aucune sur les 10 millions de km2 du territoire américain, les 10 millions de km2 chinois ou 17 millions de km2 russes.
Où l'on ne peut s'empêcher de saisir le ridicule de la situation tant il et évident que pour traiter les problèmes environnementaux il nous faut aujourd'hui pouvoir disposer d'instruments de régulation supra-nationaux, les leviers nationaux ne levant plus grand chose.
Seuls des initiatives allant en ce sens pourraient être d'une réelle utilité.
Tout le reste n'est qu'agitation politique*.

* Le projet des Verts tente d'imposer un modèle économique anti-capitaliste de décroissance dont personne ne veut car il implique faillites, chômage et la misère pour tous. À l'opposé, notre modèle de développement n'étant clairement plus tenable, ceux qui ne souhaitent en aucun cas revenir à l'âge du bronze, proposent une croissance 'verte' ou écologique en intégrant les problématiques environnementales. Pour ce faire, dans une économie globalisée, les 'outils' d'intervention ne sauraient être exclusivement nationaux.
L'UDC souscrit à ce qui pourrait être qualifié d'une réelle prise en main, par ce biais, des graves problèmes liés à la gestion/ exploitation de notre éco-système.
On laisse aux autres les 'mesurettes d'opérette' destinées à distiller de la bonne conscience jusqu'au 20 octobre.

Lien permanent 7 commentaires

Commentaires

  • Je partage ton avis la démarche des Verts et de la gauche.

  • "(...) un modèle économique anti-capitaliste de décroissance dont personne ne veut car il implique faillites, chômage et la misère pour tous."

    Je dirais, d'une manière édulcorée, que ce modèle de décroissance implique, pour la plupart d'entre nous, de réduire son train de vie et de se passer de certaines prestations non essentielles et non vitales.

    Pour le reste, vous avez raison de souligner qu'il n'est pas établi qu'une partie du réchauffement climatique soit lié à l'activité humaine.

    Je suis entièrement d'accord avec vous pour considérer que le réchauffement climatique est loin de constituer une urgence prioritaire. Une autre urgence, que vous n'avez pas mentionnée, est celle résultant du surendettement de la plupart des États, lequel surendettement, si des mesures énergiques ne sont pas prises, risque fort de déboucher, bien avant 2050, sur une gigantesque crise économique et financière à l'échelon planétaire. Et quand l'argent ne vaudra plus rien, c'est là qu'il y aura "faillites, chômage et misère pour tous". Et la partie du réchauffement climatique imputée à l'activité humaine sera considérée comme une vétille...

  • "Pour le reste, vous avez raison de souligner qu'il n'est pas établi qu'une partie du réchauffement climatique soit lié à l'activité humaine."

    https://theconversation.com/climate-explained-how-much-of-climate-change-is-natural-how-much-is-man-made-123604

  • « Une autre urgence, […] le surendettement des États, lequel […] si des mesures ne sont pas prises, risque de déboucher avant 2050, sur une gigantesque crise économique et financière à l'échelon planétaire.»

    Au rythme où l’on observe les banques centrales «pédaler» pour maintenir la déflation à - 1%… il est déjà minuit moins cinq, comme dirait le Dr Schweizer…

    Inutile même d’entasser vos liasses sous le matelas… puisque très rapidement (pour garder le contrôle), on vous enjoindra de faire vos achats et paiements exclusivement avec une carte plastique (*). Cerise sur le gâteau, pour les transacteurs incorrects: une «taxe» ou une «pénalité» d’encaissement frappera la monnaie fiduciaire.

    Puis, à terme, ces magnifiques billets de 100, 200 ou mille balles laborieusement épargnés, ne pourront même pas être utiles aux WC… sans risquer de boucher la cuvette ou salir votre «derrière» d'épargnant… joliment entubé au propre comme au figuré.

    (*) Pour ma part, je serais assez d’accord que l’on fasse la chasse aux cartes plastiques bien plus qu’aux sacs du même matériau qui nous sont fort utiles.

  • Intéressant votre commentaire, petard. Mais vous me permettrez d'attendre de connaître l'avis autorisé de Maître Corto, l'homme aux mille diplômes, pour me faire une opinion claire et précise sur un sujet aussi sensible.

  • Sur la crise financière en devenir... c'est très très très instructif ce que dit ce vieux Monsieur (à partir de 25 min 42 sec):

    https://youtu.be/JDRzEdRQF5s?t=1542

    ... enfin, tout l'entretien est très intéressant.

  • L'Europe de Masstricht, pourquoi ? La réponse ici:

    https://youtu.be/Zaj0TCBq1Iw?t=564

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel