11/03/2018

Epreuve cantonale pour Antonio Hodgers..

Léman bleu-9 mars 2018-Jérémy Seydoux

Bel aplomb du patron du DALE, quelques inexactitudes par-ci et quelques  contrevérités par-là, mais bon on est en période électorale et l'heure est au 'marketing'.

Rien de plus normal.

Mais lorsque, goguenard, on réfute, en public, mes allégations portant sur l'existence, en moyenne, de plus de 30 dossiers solvables (et non pas 5!) par appartement en PPE offert à la vente et sur la difficulté qu'il y a, par ailleurs, à trouver des locataires pour remplir l'ensemble des logements, aux loyers contrôlés, en zone de développement, je m'interroge.

En effet, si sur le moment les téléspectateurs pourraient facilement se laisser convaincre par ces affirmations émanant d'une figure d'autorité (de plus exposées sans contradicteur), ce sont là pourtant des faits dont l'exactitude est facile à vérifier.

J'avais personnellement été frappé par des étages entiers restés sombres après la nuit tombée, notamment à la Gradelle, au sein des nouvelles constructions érigées en zone de développement.

Un habitant du quartier me confirma qu'il s'agissait là d'appartements qui n'avaient pas trouvé preneur et que pour les parkings en sous-sol la situation était bien pire encore.

Mais on a la réponse: Le Conseiller d'État nous expliqua que seuls 5 dossiers de demandes de location étaient transmis à la fois et que, si nécessaire, l'OFL pouvait en transmettre des centaines.

Rappelons que que cela fait un certain temps que ces bâtiments existent et que même au rythme de 5 dossiers à la fois, cela fait bien longtemps que l'ensemble de ces logements auraient du trouver preneur.

Mais je ne doute pas, comme le relève Antonio Hodgers, qu'il y ait des centaines, voire des milliers de demandes pour des logements de 4 ou 5 pièces pour un loyer n'excédant pas Fr. 790.- à Fr. 1'190.-/ mois.

Mais est-il raisonnable d'adapter notre offre de logements de manière à entièrement satisfaire cette demande-là (le PAV, 62% de LUP!)?

Le problème de notre ministre de gauche est que le nivellement par le bas qu'il propose sur le plan de l'offre, nous n'en avons pas les moyens.

Et avons-nous réellement envie que le futur Genève ressemble à une immense cité ouvrière, façon Cité Radieuse, et ce pour des raisons essentiellement électoralistes?

 

 

 

 

 

09:47 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |