Air du temps - Page 2

  • L'enseignant sous la terreur du politiquement correct...

    Imprimer

    Suite au licenciement d'un enseignant qui aurait tenu des propos 'sexistes', une question se pose:

    Comment enseigner lorsque l’autorité répressive est exercée par l’élève et non plus par l’enseignant ?

    Le désir de réprimer toute trace de sexisme à l’école ne doit pas l’emporter sur sa mission première : instruire, éduquer, former.

    L’instauration d’un régime de terreur au travers de #MeToo ne peut que nuire à cette mission qui implique nécessairement une autorité de l’enseignant sur l’élève, et non pas l’inverse.

    Où l’on voit que la soumission inconditionnelle devant le politiquement correct (la traque de tout soupçon de sexisme, homophobie, racisme, islamophobie, etc.) aura inévitablement pour effet la déconstruction, par degrés, de l’édifice éducationnel.

    Il est indispensable de conserver autorité, pouvoir et latitude d’appréciation à l’enseignant et de n’intervenir qu’avec retenue.

    Ce n’est que du bon sens.

    Lien permanent Catégories : Air du temps 13 commentaires