Air du temps - Page 15

  • La grande arnaque du réchauffement climatique (suite)..

    Imprimer

    Dans mon blog précédent j'avais évoqué une importante pétition regroupant des scientifiques américains qui tenaient à dénoncer le dogme du réchauffement climatique anthropique.

    Ci-dessous, afin de compléter la liste de ceux qui dénoncent le Mensonge Vert, un impressionnant regroupement de scientifiques dont le sérieux ne saurait être remis en question.

    Ce que nous exigeons: Un débat contradictoire entre scientifiques et politiques en lieu et place de la chape de plomb actuelle.

    Encore une fois, aujourd'hui le débat est confisqué au bénéfice d'un message unique.

    Celui qui sous-tend une finalité politique, très éloignée des préoccupations prétendues.

    Bonne lecture!

     

    GIEC : opposants et contestataires

    • Le Sénat américain a dressé une liste de plus de700 scientifiques opposés aux thèses du GIEC [Markó, 46].
    • 550 scientifiques Giecosceptiques[1].
    • En 2015, on comptait plus de 1350 publications scientifiques, dans des revues à comité de lecture, critiquant la théorie du réchauffement climatique[2].
    • Une pétition, signée par 500 scientifiques éminents, a été lancée par Richard Lindzen (MIT) pour demander le retrait américain de la CCNUCC.[3]
    • L’Oregon Petition, intitulée « Global Warming Petition Project»[4], a été paraphée jusqu’ici par 31'487 scientifiques, dont plus de 9'029 docteurs(PhD), parmi lesquels Frederick Seitz, ancien Prédisent de l’Académie des sciences des Etats-Unis.
    • L’« Appel d’Heidelberg), signé par 4000 scientifiques dont 72 prix Nobel, met en garde contre « l’émergence d’une idéologie irrationnelle qui s’oppose au progrès scientifique et industriel et nuit au développement économique et social ».[5]
    • Son analogue, la « Pétition de Paris », a été lancée en mai 2015 par l’Association Francophone des Climato Optimistes (AFCO) [Gerondeau, 151].
    • « L’Association des climato-réalistes »[6], comptant près de 1000 sympathisants, la plupart scientifiques, a organisé une Contre-Cop 22, en décembre 2016, à Paris.
    • Le site Wikiberal présente une « Liste de scientifiques sceptiques sur le réchauffement climatique ». Ils sont Prix Nobel, Ph.D., lauréats de nombreux prix, auteurs d'articles majeurs[7].
    • Il existe une liste de près de 450 scientifiquesqui « désapprouvent la thèse de l’origine anthropique du réchauffement climatique » ; chaque nom, suivi du titre et de la fonction du savant, est assorti d’une déclaration vérifiée et référencée[cf. Markó, 231-319].
    • The Oyster Club, collectif de scientifiques et d’intellectuels européens analysant les dévoiements politiques des sciences physiques, a dénoncé la dérive politiquedu GIEC dans l’ouvrage intitulé : La Faillite du climatisme.
    • Une « Lettre ouverte » (29 nov. 2012) à Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies, signée par 125 scientifiques, contestait ses déclarations des 9, 13 et 14 novembre 2012, où il affirmait par exemple que « les conditions climatiques extrêmes sont devenues la norme » et prônait la conclusion d’un « accord juridiquement contraignant d’ici à juin 2015 » pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.[8]
    • Une lettre adressée à la chancelière allemande Angela Merkel par 67 scientifiques et 189 citoyens pour contester la vision pseudo-religieuse de l’origine anthropique d’un prétendu réchauffement climat[9].
    • En 2010, une page Internet recensait déjà 800 publications scientifiques en ruptureavec le fameux consensus[10].
    • Les scénarios catastrophes des Rapports de synthèseAR4 (2007) et AR5 (2014) ont provoqué l’ire du père des Verts allemands, Fritz Vahrenholt, qui a réagi avec l’ouvrage : Die kalte Sonne : Warum die Klimakatastrophe nicht stattfindet.
    • Voir le documentaire de la BBC : « The Great Global Warning Swindle» (« La grande arnaque du réchauffement climatique » [YouTube[11]]. Une critique des thèses du GIEC par des scientifiques de premier plan : Richard Lindzen, climatologue au MIT, Paul Reiter, autorité mondiale en matière de maladies véhiculées par les insectes, Syun-Ichi Akasofu, directeur du centre de recherche arctique de l’Alaska, John Christy, auteur principal du GIEC.
    • Voir le site climato-réaliste.NoTricksZone[12].
    • Voir le site du Nongovernmental International Panel on Climate Change[13].
    • Voir le site pensee-unique.fr, créé par Jacques Duran – collègue de Pierre-Gilles de Gennes – et sa page intitulée : « paroles de grands chercheurs »[14].
    • Voir l’article de Scientific American(25 octobre 2010) qui évoque les prises de positions sceptiques de la climatologue Judith Curry – avec se sous-titre : « Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir de débat civil à propos du climat.[15]
    • Voir aussi le site de la Global Warming Policy Foundation, notamment le panel de professeurs qui en font partie[16].
    • Dans son ouvrage intitulé : La Légende de l’effet de serre, François Meynard donne, aux pages 26 à 45, la liste – parfois assortie de citations – de nombreux scientifiques critiques à l’endroit du GIEC.[17]

     

     

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Humeur 4 commentaires