Air du temps - Page 16

  • La grande arnaque du réchauffement climatique..

    Imprimer

    Sur l'effet de l'émission anthropique (du fait de l'Homme) des gaz à effet de serre (principalement le CO2), les idéologues Verts mentent.

    Sciemment et effrontément (et ce ne sont pas les seuls).

    Normal, le mensonge rapporte au parti son lot de dividendes sur le plan électoral, et très bientôt, de juteuses recettes fiscales par le truchement de la fameuse taxe carbone (cela dit en passant, si introduite, il n'est aucunement prévu qu'elle soit affectée à une quelconque opération de 'dépollution'!), que la gauche rêve d'introduire.

    Lorsque l'on voit se développer une hystérie passionnée et un fanatisme qui ne supporte aucun démenti, on ne peut que raisonnablement supposer que derrière les vérités arrêtées par décret, dans les urnes ou lors des manifs, dont la plupart des participants sont par ailleurs de parfaite bonne foi, se cache une vaste opération de manipulation et un projet plus ambitieux, de nature politique.

    La confiscation du débat contradictoire, ou la mise au ban des scientifiques faisant état d'une vision différente ou contraire, n'en sont que les plus évidents symptômes.

    Le Conseil d'État genevois, par peur de déplaire, s'est d'ailleurs soumis avec enthousiasme aux diktats de cette pensée unique:

    (Cf. la QUE 837A et la réponse du Conseil d'État du 3.10.2018)

    En résumé, certains justes-penseurs, enseignants de leur état, s'étaient plaints (d'où la question urgente) que des débats avaient été organisés au sein d'un Collège afin d'opposer la Vérité 'réchauffiste' à des opinions ou explications contraires, qualifiées plus généralement de 'climato-sceptiques', ou encore de 'négationnistes'.

    La réponse du Conseil d'État est 'sublime':

    'En préambule, le Conseil d'Etat tient à réaffirmer son engagement en faveur du développement durable. Il ne saurait ainsi tolérer que soient mis en cause dans le cadre de la formation dispensée dans les écoles publiques les constats scientifiques du changement climatique.' ...

    Remplacez 'constats scientifiques' par 'vérités révélées' et 'changement climatique' par 'géocentrisme' et vous vous retrouvez au procès Galilée du début du XVII ème siècle!

    Depuis quand les 'constats scientifiques' ne peuvent-ils évoluer?

    Depuis quand ne sont-ils plus falsifiables?

    Et surtout, depuis quand ne peut-on plus en débattre?

    Il faut reconnaître que l'idéologue Vert joue sur du velours:

    La fonte des glaciers, les ours blancs, le mois de février anormalement chaud, et j'en passe, dispense le mouvement Vert de toute démonstration scientifique rigoureuse, soit celle qui établirait de manière acceptable que l'émission anthropique de gaz à effet de serre est à l'origine du réchauffement prétendu.

    Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), fondé en 1988, qui regroupe en son sein plus d'experts politico/ économico dépendants que de réels experts scientifiques, a clairement affirmé que le réchauffement anthropique faisait l'objet d'un consensus des scientifiques.

    Or cela est manifestement faux, bien au contraire, à titre d'exemple, L’Oregon Petition, intitulée « Global Warming Petition Project»a été paraphée jusqu’ici par 31'487 scientifiques reconnus, parmi lesquels Frederick Seitz, ancien Prédisent de l’Académie des sciences des Etats-Unis.

    Et depuis quand des vérités scientifiques doivent-elles faire l'objet d'un consensus?

    En matière scientifique, on n'arrondit pas les angles!

    Cela dit, l'industrie climatique était lancée et cela a été le 'jackpot' pour tout le monde.

    Rien ne doit l'arrêter et rien ne doit venir contredire ce qui en a constitué le fondement (naissance du dogme).

    Les Verts, devant l'extrême complexité du terrain, ont également flairé là une occasion inédite de grossir leurs rangs.

    Épousant les thèses giéciennes, ils ont réussi à 'certifier' dans le champ cérébral occidental que l'émission anthropique de CO2 était bien l'unique phénomène explicatif du prétendu réchauffement.

    'Vous ne nous croyez pas? Allumez votre téléviseur ou regardez par la fenêtre!'

    CQFD et banco.

    Conséquence? Pour le Vert radicalisé, il convient donc, très logiquement d'éliminer, dans un certain délai de date, toute émission anthropique de CO2 pour sauver la planète.

    Certains Verts, en cours de radicalisation, siégeant notamment au Grand Conseil genevois, prosélytes d'une idéologie totalitaire et suprémaciste, ne cachent même plus leurs réelles ambitions: changer de paradigme avec pour conséquence un retour, à terme, vers les cavernes de nos ancêtres (où ils ne survivraient par ailleurs pas très longtemps).

    Puisse le bon sens nous sauver de ce cataclysme!

    Pour cela, dans l'intérêt bien compris de la démocratie, il est urgent de rétablir un droit au débat contradictoire en la matière, à la fois scientifique et politique.

    Je ne doute pas que les 'fédérales' nous en donneront largement l'occasion.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Air du temps, Humeur 8 commentaires