Air du temps - Page 8

  • Macron, gilets jaunes, revendications..

    Imprimer

    Plutôt 'bogosse', jeune, intelligent et au pouvoir contre l'habituelle  logique des deux blocs, le Petit Prince en agace plus d'un.

    Et c'est surtout la fine fleur du régime journalistique qui se déchaîne façon 'effet de meute'.

    Normal, à l'instar des critiques d'art, cela doit être déprimant à la longue de commenter quelque talent lorsque l'on en est soi-même pas toujours pourvu.

    C'est ainsi que l'on a pu lire, sous la plume de divers mandarins de la presse genevoise, que SAR aurait du, cela va de soi, céder à la revendication du fameux 'RIC'.

    Doxa 'mainstream' et soumission bien pensante oblige.

    'Aucun pouvoir n'est supérieur à celui du peuple' s'est écrié le fétichiste de la confiscation Mélenchon qui fantasme sur une récupération du mouvement.

    Commuté en mode de nutrition parasitaire depuis des décennies, faut reconnaître que la bestiole politique en impose.

    Mais il est vrai que l'instauration du RIC, au sein du régime monarchique français, n'aurait eu que de bonnes conséquences:

    1. La semaine de 15 heures.

    2. Trois mois de vacances/ an (obligatoire).

    3. Excommunication des 'sales riches' (plus de € 3'460.-/ mois ou plus de € 500'000.- de fortune) et appropriation par l'État de leurs biens.

    4. Suppression de la propriété foncière et réforme du droit des successions.

    5. Immigration sans entraves (logique, ils voteront à gauche) et loyers à l'oeil.

    Et je force à peine le trait.

    Quant à la deuxième revendication, soit plus de pouvoir d'achat, on ne voit pas très bien d'où il pourrait provenir hormis par le biais d'une baisse de la pression fiscale.

    Et ça, ce n'est pas pour demain, car les caisses sont vides.

    Par ailleurs, s'il suffisait de vouloir que le PIB/ habitant croisse pour que cela devienne réalité, cela se saurait, croyez-moi.

    Alors, satisfaire cette deuxième revendication ne sera pas chose aisée, contrairement à ce que divers penseurs formatés des médias semblent affirmer.

    Finalement, la revendication qui consiste à exiger plus de justice fiscale, savoir moins d'impôts pour les classes moyennes, il semble qu'elle soit uniquement dirigée contre 'le riche, pas assez taxé' (en gros, réintroduction de l'ISF).

    Faut oser l'affirmer sans mettre un nez rouge.

    Même si les 'riches' devaient être totalement essorés, il n'empêche que cela reviendrait à se munir d'un fusil à un seul coup.

    Une fois que tout le monde roulera en Twingo, cela n'empêchera aucunement, bien au contraire, le déficit chronique des comptes de l'État et l'augmentation abyssale de la dette publique.

    Il est là l'ennemi véritable des classes moyennes et des actifs captifs, car c'est cette lâcheté, répétée année après année, qui explique l'augmentation sans fin du racket fiscal.

    Mais cet ennemi là, personne n'ose l'affronter.

    Il est plus aisé de haïr les 'nantis'.

    Cela, la gauche, les États et tous ceux qui phagocytent le système l'ont bien compris.

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire