Avocat-Député au Grand Conseil

10/11/2017

La gauche et ses 'armes de conviction de masse' (ACM)..

Les ACM rhétoriques de la gauche, sous contrainte de 'politiquement correct', ont leur pendant policier, soit le fameux 'taser'.

Ils paralysent et empêchent ainsi toute agression, défense ou riposte.

Exemple 1: Le logement et l'aménagement.

Peu importe la teneur du projet en matière de logement ou d'aménagement du territoire; dans la mesure où il est fait référence aux concepts 'd'intérêt général' (en réalité électoral) ou du 'besoin prépondérant de la population', tout adversaire éventuel audit projet ne pourra être que très fortement déstabilisé.

S'il est fait état, en sus, du concept de 'mixité sociale' ou du 'vouloir vivre ensemble' (en substance, selon les sociologues marxistes, 'un pansement socialiste de type 'marketing', aussi bien-pensant qu'inefficace') , l'arbitre n'aura plus qu'à siffler la fin du match par KO technique.

Impossible de contrer pareil adversaire sur le plan rhétorique.

Quoi? Vous osez vous positionner contre la mixité, l'intérêt général ou le besoin prépondérant?

Sanction: Avec une bonne communication, quelques sièges en moins au Grand Conseil lors des prochaines élections de 2018.

Exemple 2 : La fiscalité.

Selon nos dignitaires de la gauche plurielle, le taux d'imposition sur le revenu et/ ou sur la fortune, à l'instar de la flèche du temps, ne peut que croître.

Peu importe si l'imposition majorée devient confiscatoire ou induit, par ailleurs, une baisse des recettes fiscales.

Tout projet contraire se heurterait à un argumentaire implacable:

Quoi? Voler des aides et subsides aux pauvres afin d'engraisser ceux qui font métier d'engranger des profits juteux vous semble raisonnable?

Diminuer la voilure et train de vie de l'État, en dehors duquel, comme tout le monde sait, il n'y a point de salut, afin d'éviter que des ploutocrates ne s'exilent vous paraît honorable?

Qui donc pourrait vouloir porter haut l'étendard de ces 'salauds de riches' qui infestent la surface terrestre de leur seule présence?

Sanction? Cf. supra.

Exemple 3: Les droits politiques.

Afin de faire valoir les droits démocratiques, la gauche ne cesse de réclamer moins de signatures aux fins de référendum, d'initiative, etc. Par ailleurs, l'âge d'exercice des droits politiques doit être rabaissé à 16, voire à 14 ans, et ces droits doivent, bien évidemment, être accordés aux étrangers (bénéficiant souvent des largesses de l'État).

En effet, les jeunes, souvent plus idéalistes, sont d'avantage séduits par la propagande de gauche (Plus de justice sociale! Non à la précarité! Des appartements de 4 pièces à CHF 6'000.-/ mois, non merci!, etc.).

Là encore, comme il est malaisé de se positionner contre 'plus de démocratie' et 'd'avantage d'étendue dans l'exercice des droits politiques'.

Sanction? Toujours la même.

Vous l'aurez compris, pour pouvoir contrer les ACM, il nous faut d'abord déconstruire le mur infranchissable du 'politiquement correct', qui tue à sa racine toute velléité d'esprit critique ou d'analyse.

Le politiquement correct est à la pensée ce que le 'fast food' est à la gastronomie: un oreiller de paresse et un gain de temps apparent.

Toute solution politique est offerte en 'lunch box', immédiate et standardisée, qui pourrit peu à peu notre santé tout autant physique que mentale.

Nous avons perdu le sens du 'trop' et n'arrivons plus à le contrer, sous peine d'ostracisme:

1. Trop de logements sociaux tue l'économie du logement (et les finances de l'État).

2. Trop d'impôts tue l'impôt, et

3. Trop de droits démocratiques et/ ou de droits politiques tuent ces mêmes droits.

Alors, reconnaissons-le: il est urgent de prendre du recul.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07:47 Publié dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |