Avocat-Député au Grand Conseil

28/11/2016

Rejet de la motion phare du PS: Des logements sociaux à la place du Golf de Cologny..

Inquiets par la perspective de ne pouvoir faire le quorum de députés lors des élections cantonales de juin 2018, le PS a décidé de frapper un grand coup et d'investir dans la démagogie 'à deux balles'.

Sous la plume de l'éléphantelle rose (encore sous la protection de sa maman idéologique radicalisée), on y trouve exposé de la manière la plus raisonnable qui soit que le bon sens commande de déclasser les 44 hectares du Golf en zone de développement 3 afin d'y construire des milliers de logements d'utilité publique subventionnés.

Tellement trop mignon!

On passe sur le fait que la zone concernée ne fait pas partie des 20 projets (à densifier) identifiés comme prioritaires et que, dès lors, les ressources de l'Etat ne sauraient être mises à disposition en vue d'une éventuelle expropriation. Par ailleurs, l'adoption de pareille motion nécessiterait une révision du plan directeur cantonal 2030 ainsi que son adoption cantonale et fédérale.

On passe également sur le fait que le Golf, hormis sa vocation sportive, est indispensable pour la Genève internationale, politique et d'affaires, et qu'il contribue indirectement à sa prospérité. En cela, l'enjeu de son maintien constitue un intérêt général prépondérant pour notre canton.

Glissons sur le scandale des millions de m2 déjà déclassés en zone de développement, depuis des décennies, sur lesquels aucun logement n'a jamais été construit. Que répondre aux centaines de petits propriétaires expropriés d'une partie de leur épargne? Comment ne pas comprendre leur colère vu que leur sacrifice n'a, en plus, été suivi d'aucun effet? Ne serait-il pas plus raisonnable de s'attaquer aux périmètres déjà déclassés avant de proposer l'absurde?

De plus, il a été recensé plus de 1'500! hectares en zone agricole, non cultivables, auxquels on aurait pu penser avant de vouloir torpiller tout ce qui ressemble de près ou de loin à une inégalité sur laquelle il convient d'attiser haine et envie.

Jamais une motion prétextant le Bien, avec la pire des hypocrisies, n'aura été plus détestable!

Passons, enfin, également sur le fait que la production en masse de logements subventionnés induit également des conséquences désastreuses en termes de finances publiques dont la gauche ne fait curieusement jamais état (normal, pas eux qui paient et politique de l'arrosoir oblige!).

Fort heureusement, les partis réellement progressistes (PDC, UDC et MCG), ont appuyé la demande d'urgence formulée par le PLR sur cette motion socialiste (et c'est là un bel exemple de stratégie parlementaire) afin de la vouer aux gémonies, avec une écrasante majorité de plus des deux tiers, lors de la séance du Grand Conseil du jeudi 24 novembre 2016.

Un député de la gauche jurassique s'est étonné du fait qu'un député MCG ait pu s'en prendre avec véhémence à ce projet de motion lors des débats. Selon ce doctrinaire, inféodé à la religion de salut terrestre du collectivisme, le MCG étant 'populiste' et défendant les 'petites gens', sa prise de position lui semblait surprenante.

Rappelons que la force du MCG (et c'est cela que Dame Kast a qualifié de 'hold up' du MCG) a été de faire comprendre également aux gens de condition plus modeste que la pérennité d'un État social fort passe nécessairement par la défense d'une économie forte.

C'est là l'essentiel de son message 'ni gauche, ni droite' et de sa ligne politique.

En réalité, le 'hold up' a été le fait de la gauche qui n'a cessé de les prendre en otage, de vendre de l'illusion et de tromper son monde afin d'asseoir son pouvoir politique.

Comment, en effet, assurer la permanence d'un État social fort en faisant fuir les 'riches', en torpillant l'économie et en creusant dettes et déficits?

Le MCG a contribué à ouvrir les yeux des 'gueux' comme les ont qualifié avec mépris certains mandarins embourgeoisés de la gauche parlementaire.

Ce jeudi 24 novembre, les forces de raison du Grand Conseil ont clairement démontré que lorsqu'ils savent mettre de côté leurs insignifiantes querelles, des alliances fortes peuvent émerger et permettre des victoires sur certaines thématiques vitales pour le bien de notre canton.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:56 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |