Avocat-Député au Grand Conseil

30/07/2014

Moins de bureaux, plus de logements: Antonio Hodgers, allié inconditionnel des Socialistes et d'EAG vous trompe!

La crise du logement doit perdurer car elle permet à la Gauche de continuer à régner sur Genève!


C'est le Conseiller d'Etat Antonio Hodgers qui l'exige en sa qualité d'allié fidèle et inconditionnel des forces de Gauche et de l'Extrême Gauche.


Ainsi, nous découvrons le vrai visage du nouveau Conseiller d'Etat responsable du DALE.


La Gauche le clame haut et fort: Il convient de maintenir la crise du logement et il est impératif de tout tenter afin d'invalider un projet de loi, en faveur des locataires, par la voie du référendum.


De quoi s'agit-il?


Un projet de loi, voté majoritairement en Commission du logement, par l'ensemble des Nouvelles Forces de Progrès (MCG, UDC, PLR et PDC), sera prochainement voté au Grand Conseil.


Ledit projet prévoit que, vu la quantité de surfaces de bureaux vides et vacants (plus de 351'600 m2 en tenant compte de ceux en construction!), ceux-ci pourront être librement convertis en logements par les propriétaires concernés.


Ainsi des centaines de logements, nécessairement bon marché, pourront immédiatement être créés, sans qu'il y ait à construire un mètre cube supplémentaire.


L'entrée en vigueur de cette loi constituerait un facteur de détente décisif pour le marché du logement dont tout le monde s'accorde pour dire qu'il en a bien besoin.


Or, selon M. Hodgers, ce projet est totalement inutile car, selon lui, cette libre conversion existe déjà?!


Cela est faux, et en affirmant cela M. Hodgers trompe son monde.


En effet, ce qui existe déjà c'est  une conversion d'un local commercial en logement, soumise à autorisation, avec de longs mois de délai d'attente à la clé, sans parler des interminables voies de recours et sans retour possible à l'affectation initiale.


Ainsi, faute de conversion provisoire, qui elle est effectivement simplifiée, pas de libre conversion possible.


Et soyons réalistes, quel propriétaire installerait cuisine et salle(s) de bain(s) pour une conversion ne pouvant durer que quelques mois?


Tout le bon sens du projet de loi est de permettre une conversion immédiate et définitive d'un bureau en logement permettant ainsi la création accélérée de centaines de logements bon marché sans qu'il y ait à construire quoi que ce soit ou demander une quelconque autorisation à qui que ce soit.


Que peux-t-on reprocher à pareil projet?


On brandit la menace de référendum? Tant mieux! La population genevoise réservera un triomphe à ceux qui tentent enfin de la libérer d'une crise, savamment entretenue par la gauche, qui l'étouffe depuis des décennies!









08:12 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |