Avocat-Député au Grand Conseil

19/05/2014

Grand Conseil, séance extraordinaire du 17 mai 2014

Il n'est pas nécessaire de le rappeler, l'arrogance et le dédain n'ont jamais été la marque de fabrique des grands de ce monde.

Le Conseiller d'État ayant traité de menteurs les députés du Premier Pouvoir, lors de la séance extraordinaire du Grand Conseil, n'en sort pas grandi.

Nous ne nous attarderons pas sur les éléments concernant le CEVA qui, si révélés alors que connus, auraient à l'évidence influencés l'issue du scrutin portant sur l'élection des Conseillers d'État.

Mais n'ayant pas été informé, selon ses déclarations, il est vrai que M. le Conseiller d'État Longchamp n'aurait de toute évidence rien pu révéler.

Il n'empêche que ce géomètre, cruellement dépourvu d'esprit de finesse, considérant que les seules forces de progrès ayant le vent en poupe, et qui ne cessent de progresser, constituent en réalité une 'nouvelle farce', vient d'être 'attrapé' par la 'vox populi' lors de ces dernières votations.

Nous avons là encore une fois la preuve que les projets tourdivoiristes ne font pas toujours bon ménage avec le réel, toujours bien plus complexe.

Notons quand même, pour terminer sur une note optimiste, la très remarquée 'chaleureuse et amicale' poignée de mains de M. le Président du Conseil d'État à son collègue, M. le Conseiller d'État Barthassat, à l'issue du vote refusant la Commission d'enquête parlementaire sur le CEVA.

Elle signifiait clairement la condescendance et le mépris.

Elle signifiait également que la pratique de la mauvaise foi et du mensonge avait encore de beaux jours devant lui.



20:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |