Avocat-Député au Grand Conseil

09/02/2015

Lépreux des temps modernes..

La loi lombarde de Rotharic, qui a régné de 636 à 652, prévoit que le lépreux
doit être expulsé de sa maison et de sa ville et obligé de vivre dans la
solitude ; il est tenu pour mort et n’a plus la disposition de ses biens.

A Genève, c'est pareil, un défenseur de droite des milieux immobiliers est inexorablement affublé de toutes les tares et prié de tirer sa révérence prestement afin de ne plus infecter la scène politique de sa funeste présence.

L'impôt se charge de le soulager de sa fortune et la gauche de sa réputation.

Il est certain qu'un socialiste, défenseur des locataires, a droit à un traitement tout autre.

Champions de la pensée alignée, qu'ils ont personnellement tracée à la règle, les tenants de la 'vérité bonne et juste' écartent d'un revers de la main toute velléité de pensée critique.

C'est que nos gens de gauche sont devenus conservateurs et réactionnaires, jaloux de leurs prérogatives et privilèges, il y avait donc urgence à fixer la manière dont il convient de penser le monde.

Lépreux, revêtu de ma tenue de ladre et crécelle en main, j'essuie les attaques de journalistes bien pensants et soumis, que le monde entier nous envie, et d'ex mensheviks politiques, désespérés de ne pouvoir à nouveau (se) servir, qui se plaisent, faute d'avoir pu construire leur vie, à saccager celle des autres.

Un lépreux aux côtés d'un professeur d'université aux HUG sur une liste villageoise à Vandoeuvres!? Inacceptable! Alors que, quoi de plus judicieux que d'avoir un médecin auprès d'un malade?

'Never complain, never explain'! Cette devise de la couronne d'Angleterre doit être celle des hommes de conviction. Pour les autres, se définissant au gré du vent, ils auront le destin d'une feuille morte.

 

 

 

08:37 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |