Avocat-Député au Grand Conseil

17/12/2014

L'ASLOCA: Une Association aux abois...

Il est grand temps que la population sache faire la différence entre l'intérêt des locataires et l'intérêt de la gauche.

En effet, la gauche ne roule que pour elle.

La crise du logement?

Son unique cheval de bataille!

Sans elle, cette même gauche, aujourd'hui conservatrice et réactionnaire, ne serait plus rien!

Son complice complaisant, l'Asloca, essaie de vendre l'idée à ceux qu'elle trahit depuis des décennies, de conserve avec le Rassemblement pour une politique sociale du logement, que le bon sens est de laisser vides ou vacants plus de 200'000 m2 de bureaux au lieu d'en faire des logements bon marché.

Mais le 85% de la population ne s'est pas laissée gruger.

Des centaines de nouveaux logements abordables verront le jour immédiatement après le vote populaire prévu en juin 2015, à des loyers contrôlés et/ ou contrôlables, contrairement aux vociférations de la gauche.  (Voir: www.220logements.ch)

Pas besoin de résilier des baux pour cela ainsi que le soutient l'Asloca dans sa feuille de propagande marxiste (voir le site de l'Asloca où l'on prétend que les baux portant sur les arcades et commerces seront résiliés afin d'en faire des logements!).

Ridicule!

En effet, avec plus de 200'000 m2 de bureaux vides et plus de 165'000 m2 en construction, il y a de quoi faire!

En réalité, la gauche a peur.

Peur d'être enfin démasquée.

Et elle a raison de trembler.

La droite, unie derrière l'intérêt des locataires, mettra bientôt un terme définitif à la supercherie gauchiste.

Et quel perfidie dans ses allégations: Dans un brûlot intitulé l'Esquive, on m'accuse de ne pas correctement loger les locataires au 8 av. Henri-Dunant, l'immeuble visé dans ce 'journal'. 

Or l'immeuble incriminé ne m'appartient pas!

Mais, pas grave, il restera toujours la haine du riche pour entraîner le canton dans une spirale de la misère.

Vive la gauche, vive l'Asloca et le Rassemblement pour une politique sociale du logement, à l'origine de la publication de l'Esquive et qui ont définitivement intégré les recommandations de Voltaire reprises par Joseph Staline: Médisez, médisez, il en restera toujours quelque chose!

Unissons-nous, et débarrassons enfin Genève ainsi que la Ville de Genève de cette plaie gangréneuse!


 

10:35 Publié dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |